Lettre P1 Elsa à Ben

Vous avez raison dans tout ce que vous dîtes. Je ne pense pas au combat contre ces gens mais je vous sens très tracassé par ce qui pourrait être dit. Je sens que vous avez peur et cela m’inquiète.

Mon esprit m’a torturé cette nuit. Je ne sais pas pourquoi. Je n’ai pas réussis à m’endormir après vous et c’est la porte ouverte à mon imagination… Après vous avoir écrit je me suis endormie, j’ai eu d’autres pensées plus douces qui m’ont apaisée. Je sais que vous souffrez quand je vous parle de ça mais je n’ai pas encore trouver d’autres solutions pour m’en libérer. Je sais que nous n’avons plus le temps pour ça, je sais que notre avenir c’est nous et nos enfants. Je veux continuer sur cette voie. Mais votre peur me fait peur.

J’ignore le monde, je sais que je vais arriver à m’isoler de toutes ces mauvaises personnes. Je le sais car elles n’ont jamais été importantes dans ma vie et donc je ne ressens pas de manque. Je suis juste touchée par cette personne vers qui vous vous êtes tournée. Quelque part n’est ce pas donner de l’importance à une autre? J’ai toujours mis au centre ma famille et mon couple. Je sais que ça ne changera pas demain. Je ferai toujours de vous et mes enfants une priorité absolue.

Notre séjour à Palavas m’a confirmé ma volonté de partir vivre ailleurs. Rencontrer d’autres personnes et cette fois les choisir. Je veux me sentir bien aussi dans mon entourage.

J’ai de l’ego, de la fierté, vous ne cessez de le répéter depuis quelques temps mais je sais aussi mettre les gens que j’aime avant moi.

Je vais bien, mieux même mais parfois je suis prise de panique. La nuit surtout c’est pour ça que j’essaye de m’endormir avant vous. Car sinon je sais que je vais cogiter.

Nausicaa me fait pas peur, elle est curieuse et jalouse et je pense que c’est juste ça qui l’anime. Elle ne sait rien, et je pense que personne ne sait. Puis ça ne m’intéresse pas, je sais ce qui me rend heureuse, je sais ce dont j’ai besoin pour avancer et je veux me concentrer sur ça.

Vous êtes fragile malgré ce que vous me dites je le sens, et ça m’inquiète je dois bien vous le dire.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *